Il est commun dans la routine de l’école, les maux et les échecs de l’éducation sont justifiées par une prétendue cause de “destructuré familier”. Nomination qui paralyse souvent le professeur dans son acte éducatif, parce que l’enseignant croit que cette nomination est une réponse aux difficultés de l’élève. Réponse qui est appuyé par divers théories psi, mais que, en principe, les psychanalystes devraient interroger. La psychanalyse doit aller à contre-courant d’un sens unique fixe pour les choses du monde. Trouver un auteur théorique de la psychanalyse qui considère qu’il ya un désordre courant dans la structure familiale est pour le moins curieux. De la demande des homosexuels le droit au mariage, l’adoption et la procréation assistée, Roudinesco (2003) propose une analyse historique des événements des trente dernières années dans la société occidentale qui corroborent l’émergence du désir pour ces personnes d’être reconnus dans un ordre familier.

Depuis le début de cette analyse, le désir de famille homosexuelle est qualifié comme un non-sens. L’auteur justifie sa position en jugeant que ces sujets avant critiqué, contestées et rejetées idée de la famille, en disant qu’il était “fatal à l’épanouissement du désir et de la liberté sexuelle» (Roudinesco, 2003, p. 8). Considère donc qu’il ya un trouble profond dans l’ordre familial et dit:
il semble que l’accès prévu à une égalité équitable des droits de pratiques sexuelles – pour les femmes, pour les enfants, pour les homosexuels – ont eu en retour pas la proclamation d’une rupture avec l’ordre établi, mais une forte volonté l’intégration d’une norme, une fois infâme et source de persécution (Roudinesco, 2003, p. 8).
  Quelles sont les hypothèses de Elisabeth Roudinesco pour soutenir l’idée d’une famille en désordre?
  Elle considère, en premier lieu, qu’il ya une contradiction dans la demande des couples homosexuels qui, une fois critiqué la famille et aujourd’hui demandent la reconnaissance de leur parenthoods dans une norme de famille. Elle attribue un lieu de perversion ou de libertinage (libertins sadique) pour les homosexuels, parce qu’ils avaient un objet sexuel du même sexe. Elle se souvient, puis l’histoire des attaques de libertins infligées à un modèle de la famille patriarcale et les changements qui se produisent dans des contextes familiaux, mais elle oublie le singulier. Il n’y a pas aucun moyen de la psychanalyse ignorer l’histoire, mais ce complot dépend d’un enlacement singulier pour former un sujet. Chaque parlêtre porte l’histoire de la civilisation dans les épaules, mais sa position du sujet est unique. Ce qu’il fait dans l’histoire qui a été héritée est extrêmement distincte.
Une autre question prise par l’auteur à la fin amère est l’ignorance de Freud de la tragédie grecque, dont seulement considère la relation entre Œdipe, son père et de Jocaste. Ainsi, Roudinesco (2003) considère que l’analyse de Freud à propos d’Œdipe est aussi un désordre. On pourrait, au lieu de considérer une erreur freudienne, croyant comme Lacan (1992) que le complexe d’Œdipe est le rêve freudien et, par conséquent, il besoin d’être interprété. Ainsi, on peut tenter de comprendre ce qui provoque Freud faire cette lecture d’Œdipe. On peut dire, par conséquent, que l’essai effectué par Roudinesco (2003) est résumée dans l’analyse d’erreur freudienne en ignorant la tragédie et l’histoire d’Œdipe, il a transformé Œdipe dans Hamlet, et les motifs du désordre de la famille actuelle expliquée à partir de la demande des homosexuels à être reconnu dans un ordre familier. Le contenu du livre pourrait bien justifier les changements dans la famille sans les qualifiant de désordre, par exemple, comme la famille de l’avenir (le titre du dernier chapitre du livre) ou de la famille réinventée (le dernier message du livre). Certains auteurs concernés, par exemple, à propos de la représentation sociale de la violence urbaine et à l’école, ils découvrent le concept de famille déstructurée comme la cause principale (Almeida et Santos, 2013; Loureiro et Queiroz, 2005; Espíndula et Santos, 2004). Même dans les cas où les enfants sont stigmatisés et discriminés pour être orphelins de parents décédés du VIH, la cause de ce malheur est justifiée par les enseignants grâce à l’affirmation que ils viennent d’une famille destructurée (Zucchi, Barros, Paiva et Júnior, 2010).
Ainsi, il est clair que cette nomination maintient une question vide, il suffit de demander ne importe qui le soutient sur le concept de ce qu’est une famille déstructurée. Évidemment, puisqu’il n’y a pas de réponse unique, ne importe quelle réponse est insuffisante. D’autre part, pour contrebalancer et diffuser la nomination de la famille de l’avenir (titre du dernier chapitre du livre) comme un mode de dénomination des nouvelles formes de parentalité, ce qui peut donner lieu à une question à la place de la justification vide de la famille déstructurée: mais quelle est la famille de l’avenir? Ce qui supporte l’hypothèse que parler de nouvelles formes de parentalité comme la famille avenir est plus susceptible de permettre le discours reste pas un seul, cristallisé dans un sens.
L’hypothèse considère donc que la nomination et de sa diffusion et de la publicité produit plus de la paralysie que le travail.
Un des effets de cette nomination peut être utilisé pour ne importe quel problème à l’école. Par exemple, dans une école privée, toute défaillance ou de l’inconfort à l’école était justifiée par le coordinateur en raison de famille déstructurée d’où sortait l’étudiant comme cible et cause du problème. Même devant les parents considérés par elle dans l’ordre familier, le problème se explique par l’influence d’une autre personne dans la famille qui a touché cet ordre.
Une autre fois, quand il a été poursuivi me faire un discours aux parents d’une école publique dans le nord-est brésilien, discours sur l’importance des pères dans le développement de l’enfant, au début, je ai essayé de clarifier la demande. Ce qui est devenu clair, ce est que les coordonnateurs et les enseignants, alors qu’il y avait de nombreux parents d’étudiants célibataires et divorcés, ils ont exigé la justification de désordre de la famille comme un moyen d’entre eux ne prennent pas la responsabilité de leurs échecs scolaires. Dans ce cas, est venue l’idée d’utiliser le mythe Penelope de soutenir que la chose importante est de garder la structure nécessaire la constitution du sujet.
A cette époque, je ai signalé que dans les vingt ans d’absence d’Ulysse (Ulysse), depuis la naissance de Télémaque à l’âge de la vingtaine, Penelope a créé son fils seul. Télémaque nés après Ulysse être appelé à combattre dans la guerre de Troie, et ce est à Penelope soutenir une place pour ce père absent. Penelope maintient son désir d’Ulysse, élever votre enfant pour le retour de son mari. Ainsi, une troisième place pour l’enfant, effectuer structurellement séparation et constitution du sujet. Penelope est en plus à la mère, femme qui conduit son intérêt pour d’autres objets. Elle est confrontée à la menace de son père pour lui faire épouser à nouveau parce qu’il croyait que Ulysses était mort, à ce sujet, elle propose deux conditions. Tout d’abord, le nouveau mariage ne pouvait venir que quand elle a fini tissage un linceul pour son beau-père. Pendant la journée, elle a tissé et la nuit, elle annulerait leur travail. La deuxième condition, après qu’elle a été découvert, Est-ce qu’elle épouserait l’homme qui pourrait acordoar l’arc d’Ulysse. Tâche qui ne Ulysse est capable d’accomplir. Conditions, démontrant ainsi le désir de Penelope pour Ulysse.
Télémaque, à son tour, est reconnu pour ses grands discours, donc, celui qui est installé dans le lien social. Ainsi, une famille qui est aujourd’hui considéré comme une famille destructu
rée produit un parlêtre qui a fait un succès dans leur apprentissage, par conséquent, un bon développement.
Une autre justification utilisée pour reconnaître que la question de la famille destructurée ne dispose pas d’un seul sens est la recherche Tfouni et Moraes (2003), la recherche avec des enfants dans les rues, ils découvrent que ces enfants ont, à côté de la représentation d’une famille destructurée, idéalisations sur sa propre famille dans leurs narratives. Ces constructions permettent à ces enfants peuvent être situés en dehors d’une logique de la parole qui prend l’ordre familier. Cette situation contribue à dire qu’il n’y a pas de destination unique pour ces enfants.
Un dernier exemple est une autre construction fictionnelle, mais, contrairement à Penelope, elle est contemporaine et apparaît à la télévision, Modern Family. Dans cette série américaine, la famille moderne a à sa base un père et grand-père (Jay) que, après la séparation, épouse une femme beaucoup plus jeune et belle (Gloria), qui a également un fils (Manny). La fille de Jay (Claire) a un mari (Phil) vient d’échouer sur le tas et trois enfants (Haley, Alex et Luke). L’autre fils (Mitchell) est gay et avec son compagnon (Cameron) adopter un enfant vietnamien (Lilly). Logo et le représentant de la nouvelle parentalité et, même lorsqu’il se agit d’une fiction, dépeint une bonne destination pour les familles considérées destructurées.
Enfin, nous soulignons que la psychanalyse en même temps offrant des outils pour justifier ce manque de responsabilisation avec la notion de «trouble de la famille» de Roudinesco, soutient que le désir de la structure et l’installation dans l’ordre symbolique dépend sur une structure minimale coïncide avec les rôles imposés et défendues par la civilisation. Quel peut être expliquée par les concepts de Lacan (2007; 2009) pour défendre la constitution du sujet en termes d’aliénation et de séparation, dans lequel l’opérateur, au premier abord, est le nom de père, puis la pluralisation le nom du père de traiter différentes structures à la névrose. En d’autres termes, la structure minimale permet la constitution d’un sujet, pour mener le processus de métaphore paternelle qui répond et donne la subsistance de l’énigme du désir maternel.
Cela dit, ce travail vise à reconnaître que la propagation de la nomination de nouvelles configurations familiales comme famille destructurée peut engedrar conséquences désastreuses dans la vie contemporaine. Au contraire, si nous croyons que que l’héritage de Penelope consiste à maintenir son désir pour son mari, quand elle a créé son fils quand elle dirige son regard au-delà de son propre fils, nous pouvons être surpris par les destinations possibles.

Bibliographie

Almeida, L. F. & Santos, M. F. S. (2013). Representações sociais de violência urbana entre policiais civis. Psicologia: teoria e prática, 15(2), 76-91. Recuperado em 05 de dezembro de 2014, de http://pepsic.bvsalud.org/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S1516-36872013000200006&lng=pt&tlng=pt. .

Espindula, D. H. P. & Santos, M. F. S. Representações sobre a adolescência a partir da ótica dos educadores sociais de adolescentes em conflito com a lei. Psicol. estud., 9(3). Recuperado em 05 de dezembro de 2014, de http://www.scielo.br/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S1413-73722004000300004&lng=pt&nrm=iso.
Lacan, J. (1992). O seminário, Livro 17 – O avesso da Psicanálise. Rio de Janeiro: Jorge Zahar Ed. (Obra oral originalmente pronunciada em 1969-1970).
Lacan, J. (2007). O seminário, Livro 23: Joyce, o sintoma. Rio de Janeiro: Jorge Zahar Ed.
Lacan, J. (2009). O seminário, Livro 1: os escritos técnicos de Freud. Rio de Janeiro:
Jorge Zahar Ed. (Obra oral originalmente pronunciada em 1953-1954).

Loureiro, A. C. A. M. & Queiroz, S. S. (2005). A concepção de violência segundo atores do cotidiano de uma escola particular: uma análise psicológica. Psicologia: ciência e profissão, 25(4), 546-557. Recuperado em 05 de dezembro de 2014, de http://pepsic.bvsalud.org/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S1414-98932005000400005&lng=pt&tlng=pt.

Roudinesco, E. (2003). A família em desordem. Rio de Janeiro: Jorge Zahar Ed.

Tfouni, L. V. & Moraes, J. (2003). A família narrada por crianças e adolescentes de rua: a ficção como suporte do desejo. Psicol. USP, 14(1). Recuperado em 05 de dezembro de 2014, de http://www.scielo.br/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0103-65642003000100005&lng=pt&nrm=iso.

Zucchi, E. M. e cols (2010). Estigma e discriminação vividos na escola por crianças e jovens órfãos por Aids. Educ. Pesqui., 36(3). Recuperado em 05 de dezembro de 2014, de http://www.scielo.br/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S1517-97022010000300005&lng=pt&nrm=iso.
 

SHARE IT:

Leave a Reply

You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>