Le « malheur du mystère » du désir

(La séduction du désir)

Wang Yan

 

Dans les trois premiers mois de son analyse, Meimei a parlé à maintes reprises des activités de masturbation des enfants dans la maternelle dans laquelle elle travaillait.

Son expérience passée semblait ainsi nette et arrêtée?fixée?). A maintes reprises, elle a décrit de façon détaillée les scènes qu’elle avait vues tout en restant troublée même après y avoir beaucoup réfléchi. Nous savons que, si pour Meimei le fait de voir les activités de masturbation des enfants a fait naître un sentiment si intense, cela veut bien-sûr dire qu’à cet endroit converge une très grande énergie de libido. Quoi conduire cette

Yezi/Feuille est l’autre nom d’une des petites filles, de plus de 4 ans. Sa mère, du fait du problème que, depuis peu, sa fille aime caresser sa vulve, a cherché l’aide de sa maitresse Meimei. Celle-ci, ayant eu la confirmation que l’enfant n’avait pas en ce moment d’infections des organes génitaux, s’enquiert de l’histoire des maladies passées de l’enfant. Maman lui dit que, quand Yezi était petite (jusqu’à l’âge de deux ans ses organes génitaux avaient été infectés) comme son vagin était souvent infecté, l’enfant allait souvent se gratter. « En as-tu parlé avec ta fille ? » La mère lui a répondu : « J’en ai parlé ». L’enfant disait que comme c’était très agréable à tâter et donnait une impression rappelant celle qu’on a quand on fait pipi, elle avait envie de tâter. Ainsi, certaines fois, c’est pour cette raison que la mère l’a frappée. Et elle s’est souvenue, la première fois qu’elle s’en est aperçue, que c’était quand elle l’a vu s’appuyer sur le coin de la chaise, le visage rouge, transpirant un peu. Elle lui a demandé ce qu’elle était donc en train de faire. Elle a répondu : « je joue, c’est très agréable ». Par la suite il y a eu, à plusieurs reprises, des activités similaires, surtout quand elle n’avait rien de particulier à faire. Une fois, la mère lui a dit : « si tu continues ainsi, je vais me fâcher, je ne veux pas avoir un tel enfant qui fait honte. » A la suite de cet épisode, quand l’enfant se masturbait, elle évitait prudemment la mère. Par ailleurs, lorsqu’elle est entrée en première année de maternelle, l’enfant a posé des questions sur faire pipi, les seins, le mariage, etc., auxquelles la mère a répondu. Meimei a posé encore des questions sur les conditions alimentaires et les conditions de vie de l’enfant, les conditions du jeu à la maison, et elle lui a conseillé une nourriture équilibrée, pas seulement basée sur la viande et de faire attention à la fréquence et à la façon de lui laver la vulve. En même temps, elle lui a conseillé d’organiser pour l’enfant une vie hors de l’école bien remplie. Quelque temps après, la mère en a reparlé : « J’en ai reparlé avec l’enfant, je lui ai dit que les filles ne devaient pas montrer leurs fesses aux autres, bien plus encore quand il s’agit de les toucher, c’est honteux. L’enfant a dit qu’elle s’en souviendrait, mais seulement parfois elle ne peut s’en empêcher, j’ai promis de le lui rappeler. Le soir, maintenant je m’occupe davantage d’elle, ce genre d’événements arrive alors moins souvent. » Dans cette famille, le travail de l’éducation c’est principalement la mère qui le fait, le père est une personne très gentille et douce. Ici, Meimei a fait l’association avec le temps où, quand elle était petite, sa mère était très sévère avec elle.

C’est justement à cause des évocations répétées de ce nom de « Yezi » que finalement il a associé à un autre « Huajing/Tige de fleur ». Quand Meimei avait 7 ans, étant déjà « avide de savoir », elle avait cueilli une tige de fleur dans le jardin de sa famille et l’avait insérée dans l’urètre afin de faire des recherches pour connaître le corps comme « qu’est ce qu’il y a dedans ? » et « Où cela mène-t-il ? ». Ensuite, ces activités eurent pour résultat que, quelques jours après, Meimei montra des symptômes tels qu’hématurie, fièvre, etc. Après être entrée à l’hôpital, les médecins ont diagnostiqué une inflammation aiguë. Durant le mois qu’elle a passé à l’hôpital pour guérir, les piqures lui ont laissé un souvenir douloureux. Selon les prescriptions du docteur, elle n’a pas eu le droit d’utiliser le moindre grain de sel dans les aliments, ce qui constituait un événement de castration. Et ce qui a conduit Meimei à ne plus jamais oser faire de quelconques recherches sur le sexe.

En fait, le témoignage des essais de recherche sur l’urètre (ou le non-vagin) est apparu soudainement dans un fragment de souvenir sur un moment postérieur : un fragment de l’enfance de Meimei. Sur le chemin du retour vers la maison, en passant par un bâtiment en bois et voyant beaucoup d’eau s’écouler par les fissures du sol du bâtiment en bois, Meimei dit, très excitée, à son grand frère qui rentrait avec elle : « regarde, il y a quelqu’un qui fait pipi ! » Le grand frère lui a répondu : « tu es dévergondée je le dirai à maman. » Le mot de maman a fait soudainement passer Meimei d’un état de réjouissance à un état de panique. Dans la famille de Meimei, le père est une personne bonne, la mère est une enseignante, elle est relativement sévère envers les enfants. C’est la mère qui a la responsabilité du rôle d’éducateur. La mère règle presque toutes les questions ayant trait à l’éducation des enfants. Lorsque Meimei a évoqué la « question du pipi », cela a provoqué un état d’excitation, ce qui est, pour un enfant de trois quatre ans, quelque chose de très normal. C’est ensuite que le mot de « maman » a suffi pour créer une telle transformation chez Meimei. L’état de panique signifie qu’il y a un lien entre « pipi et sexe ». Chez la mère sévère, le voile sur le sexe amène une recherche solitaire, et provoque dans la dimension corporelle une castration réelle grave. Cette coloration sexuelle de l’organe excrétant trouve, sans aucun doute, par le biais d’un chemin compliqué dans l’événement de la « tige de fleur » une très bonne réponse.

En allant plus loin, dans le sens où la tige de fleur elle-même signifie l’organe génital de la fleur, pour Meimei qui, à cette époque, ne pouvait différencier le vagin de l’urètre, elle imite l’archétype de la relation sexuelle en cueillant une tige de fleur. Cette conduite a eu, ensuite, pour Meimei des conséquences graves. Dans la perspective de l’angoisse de castration chez Freud, c’est précisément cet événement qui met en lumière la raison pour laquelle Meimei ressent une extrême angoisse et un extrême intérêt quand elle est face aux masturbations des enfants. Ces raisons peuvent permettre de très bien comprendre l’angoisse de Meimei. Mais le chemin de l’inconscient est plus tortueux que ça. Comme le dit Freud, les associations libres nous conduisent à une autre scène.

Dans ce fragment apparemment brillant, par le biais de l’angoisse envers la mère, elle nous indique un sentier plus profond vers l’inconscient. Elle s’est souvenue de la situation où la maladie de la mère était devenue grave dans ses premières années. La mère ne pouvait que rester allongée sur le lit toute la journée ; c’était le père qui s’occupait complètement de son quotidien. Un jour, Meimei était assise sous la table, elle a
pris dans ses bras le pied de la table à côté du lit et a pleuré : « Maman, tu ne dois surtout pas mourir. » La crainte et la peur face à la mère ainsi que l’angoisse de la mort de la mère manifestent l’intrication de l’amour et de la haine de Meimei. Et de tels sentiments intériorisés, en effet, se révèlent dans la dimension du « lit ». Dans des temps encore plus précoces, comme le père avait dû quitter la mère du fait de son travail, Meimei est allée vivre dans un endroit très éloigné. Entre l’âge de trois et quatre ans, Meimei et le père ont vécu ensemble. Un jour, Meimei et ses camarades sont arrivés chez les voisins d’à côté. Comme le chef de famille des voisins était médecin, certains enfants ont proposé de jouer au « médecin ». Alors, chaque enfant à son tour s’est allongé sur le lit, et a montré à tout le monde son organe génital. Après avoir regardé sans mot dire, chacun s’en est retourné chez lui en silence.

C’est précisément dans ces fragments de souvenirs, que se montre, effectivement, la relation des parents de Meimei. Ici, elle prend conscience, qu’entre les parents, il existe une relation sexuelle. En même temps, ce qui est montré par le jeu et est plus fréquent, c’est la relation de soigner et d’être soigné. Quand elle était petite, le corps de la mère souffrait de nombreuses maladies. Soigner la mère était un travail très important du père. A la maison, il y avait beaucoup de médicaments, jusqu’aux piqures qui étaient faites par le père. Le rôle du père, c’est évidemment la réapparition de ce médecin, et la mère est celle qui a besoin de soins. Dans la période de l’inflammation, Meimei a reçu du père des soins et des dorlotements méticuleux. Cette relation a reproduit la relation entre père et mère de l’époque.

Ensuite, le souvenir de « mourir » a fait progresser la remontée des souvenirs de Meimei. Cet homme qui toute l’année soignait attentivement la mère a été choisi par la grand-mère maternelle, même si ce n’était celui qu’elle [la grand-mère] aurait préféré. La mère, sous la menace de « mourir » de la grand-mère maternelle, avait consenti à un tel mariage. Et plusieurs années après la mort de la grand-mère maternelle, la mère rabâchait encore sans arrêt : « si ta grand-mère maternelle était encore là, le mieux serait qu’elle vive avec nous. » Par le biais de l’union du mariage était ainsi obtenu le lien des générations, et en même temps il laisse réapparaitre les circonstances des soins de la grand-mère envers la mère. Et la même chose s’est reproduite dans le mariage de Meimei. La mort de l’Autre (la grand-mère maternelle) est de cette façon gravée dans le souvenir des fantasmes éternels de Meimei.

Une chaine de souvenirs nous oriente vers le cœur de l’histoire de Meimei, c’est la raison pour laquelle ces souvenirs sont profondément ancrés dans sa tête. Cela fait apparaître, pour nous, les faits qui se sont déjà déroulés ou qui ont été fantasmés en elle. Ou bien, c’est parce que Meimei occupe la position de la mère et répond aux appels de l’Autre. L’union du mariage avec cet homme identifié au père peut faire une construction circulaire complète au moyen des relations générationnelles de cette lignée. Cette structure est un lieu mort car la sélection de Meimei est continuellement fixée à cet endroit.

Nous ne pouvons pas éviter de nous demander pourquoi Meimei a choisi un nom tel que celui de Yezi/Feuille ici ? A part la métonymie entre Yezi/feuille et Huajing/tige de fleur, ici il y a aussi une métaphore. Yezi c’est l’autre nom utilisé dans le cas de la petite fille d’une tante paternelle de Meimei, et l’origine véritable de ce nom provient du nom de la nièce du précédent mari (qui était aussi son cousin plus âgé), ces deux filles portaient par hasard le même nom de famille Liu/saule. Et le port fin et souple des feuilles de saule est similaire à celui de la tige de fleur. La finesse des tiges de fleurs et la similitude avec les aiguilles nous conduisent aussi à voir la relation entre génération et sexe, qui est ainsi, une fois de plus, d’une manière très secrète introduite ici. La structure de la famille de Yezi et de celle de Meimei montre des relations très semblables, il y a dans chacune une mère très sévère. Dans la relation entre enfant et mère, les traces des soins et de la satisfaction sont très nettes. Lacan a dit : « …la jouissance masturbatoire ici n’est pas la solution du désir, elle en est l’écrasement, exactement comme l’enfant à la mamelle dans la satisfaction du nourrissage écrase la demande d’amour à l’endroit de la mère. »

Ensuite, c’est précisément par le biais de l’interdit d’une telle masturbation que l’enfant et la mère de nouveau sont fermement collés ensemble.

Cette recherche sur ses origines propres a entraîné une grande maladie, et ainsi elle a bâti son propre mythe personnel. Certes, on peut aussi voir ici très clairement, comme Dolto le soulignait, que la complémentarité, l’amour et la naissance chez les deux sexes doivent tous être dits, sinon l’enfant pourrait prendre le chemin des recherches, seul, ce qui pourrait entraîner frustration et échec. C’est justement aussi parce que ces vérités non-dites peuvent devenir les facteurs causant la névrose et les malaises corporels de l’enfant plus tard.

 

 

——————————————————————————————————
???Notes

[1] LACAN. SÉMINAIRE 1958-1959: Le désir et son interprétation. AFI?p 452.

SHARE IT:

Leave a Reply

You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>