Lyon 14/06/14 Journée d’étude

« Ni héros, ni saint, ni même homme de science, le psychanalyste a la lourde tâche de frayer la voie à un mode nouveau du rapport à l’autre, tache ou la faiblesse des moyens ne peut en aucune façon dissimuler la responsabilité nouvelle qu’ il s’emploie à assumer »
( Jean Clavreul, ‘Les enjeux de la psychanalyse : une éthique du sujet’, L’homme qui marche sous la pluie, Odile Jacob,2007)

Le management de la santé mentale par l’État, la vie en entreprise, impose la prolifération de protocoles qui affectent les sujets. La seule dénonciation des flux et chiffrage des comportements peut certes contribuer à cerner les limites du champ analytique mais peut renforcer des postures de maîtrise visant à garantir l’ordre des pouvoirs en son sein (l’esprit est dans l’or de la psychanalyse et les pieds sont scellés dans le plomb).
Existe-t-il donc un espace de conjugaison des discours et des pratiques ou l’analyste viendrait déjouer le processus désubjectivant par l’usage d’un travail discret dans l’environnement même de l’écrasement ?
« EXTENSION DU DOMAINE DE LA PSYCHANALYSE »
Journée de travail
Samedi 14 juin 2014 de 10h à 18h
Un praticien de l’analyse peut-il au cœur de l’entreprise, ou de la structure psychiatrique intervenir sans l’usage d’un savoir constitué mais par l’interrogation toujours renouvelée de ce que la clinique enseigne ?
Le métissage des pratiques est-il possible sans abandonner ce qui fait de l’analyse une éthique du sujet ?

SHARE IT:

Leave a Reply

You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>