A- A A+

(In)actualité de la logique de l'inconscient

Les processus du système Ics sont intemporels, c'est-à-dire qu’ils ne sont pas ordonnés dans le temps, ne sont pas modifiés par l’écoulement du temps, n’ont aucune relation avec le temps .La relation au temps elle aussi est liée au travail du système Cs.

S .Freud ‘l’inconscient’ p.96

 

Entre l’inconscient freudien et l’unebévue lacanienne, il y a une continuité fondamentale : l’inconscient est structuré comme un langage et ignore le temps.

 

Robert Lévy : J'ai le plaisir d'accueillir Michela Marzano à propos de son dernier livre « Légère comme un papillon », Michela est agrégée en philosophie et membre du CNRS. J'ai eu l'occasion de la rencontrer, avec grand intérêt il y a presque une dizaine d'année nous avions à cette époque fais des interventions à propos des problèmes prostitutionnels.

 

l'aronde des dits court
(Détours, dits poétiques et analysants, échappées et tentatives de serrage de la logique de l'inconscient).

(FORMULE DES QUATRE DISCOURS)
agent  Autre vérité produit

Les dits courent, aucune queue d'aronde n'arrête la « pluie de significations. » L'enjeu sera de ce ruissellement qu'un dire émerge. Ce topo, nourri de la lecture de L'Étourdit et de l'intervention de Françoise Crozat (18 septembre 2012), discute l'argument de l'année.

 

Robert Lévy : Je voudrais déjà te souhaiter la bienvenue et te dire que nous sommes très heureux de t'accueillir ce soir dans le cadre de notre séminaire de cette année dont le titre est , comme tu le sais sans doute :(in)actualité de la logique de l'inconscient avec une parenthèse sur le 'in' qui me semble justement être mis en lumière par ton livre; mais nous y reviendrons tout à l'heure.

 

Inactualité de la logique de l'inconscient II

Je voudrais reprendre et poursuivre le très intéressant débat auquel a donné lieu la dernière fois l’exposé de Radjou.
En effet de quel inconscient parlons-nous, pourquoi réel ou l’inconscient réel a-t-il si peu de place dans nos abords ; serait-ce parce que les élèves de Lacan en seraient restés au signifiant ; enfin, comme nous l’a suggéré Radjou en citant Lacan dans « l’Une bévue », « pourquoi ne pas aller plus loin que l’inconscient » ?
Il me semble que toutes ces questions tournent à la fois autour de la fin d’une analyse et en même temps de ce que l’on appelle les traces ; c'est-à-dire tout ce qu’il en est d’une inscription précoce là où peut- être le signifiant n’a pas pu encore faire son office.

Mon projet de départ était de travailler sur l'oubli et le refoulement, en partant de cette idée que j'avais, de manière un peu vague, que l'oubli et le refoulement c'était la même chose...mais je n'en étais pas sûr.
J'ai commencé par travailler cette question sans franchement l'articuler avec le thème de l'année.

 

 

Il y a quelques jours Radjou Soundaramourty a lancé un pétard dans notre noble assemblée associative et je vais reprendre les termes comme j'ai pu les entendre : que serait Lacan privé de réel ou encore quand est-il de cette association lacanisante sans réel lacanien .... Il y a quinze jours autour de cette question du réel je m'étais étonné de cette question car il m'a semblé que le réel a toujours été là dans cette association et j'ai été troublé par cette sorte d'oubli .....

Je voudrais vous parler ce soir de choses un peu compliquées pour moi et donc je peux imaginer que cela doit l'être pour beaucoup d'entre nous et de voies par lesquelles nous sommes obligés de passer si l'on veut tenter de traiter cette question de l'inconscient entre signifiant et topologie, c'est-à-dire entre style et structure.

D'UNE FONCTION SYMBOLIGENE DES PARENTS
Ou, qu'entend-on par interaction?

« Nous savons bien dans l'analyse l'importance qu'a eue pour un sujet, je veux dire ce qui n'était à ce moment-là encore que rien du tout, la façon dont il a été désiré. Il y a des gens qui vivent sous le coup, et cela leur durera longtemps dans leur vie, sous le coup du fait que l'un des deux parents – je ne précise pas lequel – ne les pas désirés. C'est bien ça, le texte de notre expérience de tous les jours.

Je voulais reprendre le mythe d'Œdipe tel que Marie Balmary l'a travaillé ; cela concerne peut-être l'argument de l'année, à savoir qu'elle part des signifiants mais justement intemporels. Nous avons notre stock au départ et nous aurons à faire à ce stock, encore après notre mort puisque les signifiants passent d'une génération à l'autre.

Introduction : Dans ce travail il s'agira de se dégager de la question d'une mémoire qui resterait inscrite en creux dans une perspective freudienne et l'absence de mémoire qui elle fait trou et nous aborderons ce thème avec le texte de Marguerite Duras « le ravissement de LolV.Stein » et l'hommage que Lacan va lui rendre. D'où l'hypothèse de deux mémoires qui ne sont pas antagonistes.

Les interventions jusque-là ont tourné chacune autour de la question de l'Unbewusste, pas seulement en tant que bévue mais en tant que réel, et nous en étions restés au fait qu'il n'y a pas d'originaire et que le symbolique est troué. Ces notions évidemment orientent forcément notre rapport avec la temporalité dans nos cures.

Avant de commencer, je ne peux pas faire autrement que de saluer la mémoire de quelqu'un qui nous a quitté très récemment. Il a été l'un des fondateurs d'Analyse Freudienne et plus que ça pour moi, un compagnon de plus d'une trentaine d'années, au-delà des désaccords que nous avons pu avoir sur des questions institutionnelles. Il s'agit de Claude Dumézil, comme vous le savez tous.

Je voulais aborder un sujet concernant le thème de l'année, l'inconscient, mais je dois dire que j'ai été très sollicité par le séminaire de jeudi dernier qui m'a fait penser à beaucoup de choses. Je vais donc redévelopper quelques idées sur l'autisme ainsi que sur la question des neurosciences.

On peut avoir l’impression que la notion de répétition est transparente, banale, aisée à saisir. On pense à des faits ordinaires, comme les échecs répétés que ce soit dans les relations amoureuses, les relations de travail … On pense encore au texte de Freud : « Ceux qui échouent devant le succès »1.

Ce qui ne peut être remémoré fait retour dans la vie du sujet à son insu, par ce qui s’y répète. Or ce qui se répète, on le sait, c’est le signifiant, qui insiste chez un sujet, mais qui lui reste ignoré, d’où les manifestations symptomatiques qui le conduisent à l’analyse.

  1. A l’approche de la fin de ce séminaire sur l’inactualité de la logique de l’inconscient, il est peut-être temps de nous demander quels sont les effets de cet accueil de l’inconscient que l’on appelle l’écoute puisque cela a des effets au delà du divan. En d’autres termes, l’inconscient, pour autant qu’on s’y attache, aurait-il quelque vertu politique ?